Le Manager de transition : un homme d’action

Par définition, le manager de transition est principalement un manager du changement. C’est effectivement dans ces situations que ses multiples expériences, sa capacité d’analyse et son absence de « carrière » à faire dans l’entreprise s’exprime pleinement. De part la richesse de ses expériences, le manager est « surdimensionné » par rapport à la mission.

« Contrairement à un cadre en intérim qui  gère la continuité, un cadre de transition est en général appelé pour gérer le changement »

Le manager de transition n’est pas qu’un consultant, il agit et met en place les recommandations issues de son analyse de la situation. Une fois sa mission terminée, il laisse sa place à un manager que assurera une mise en oeuvre sur le long terme.


Des compétences professionnelles spécifiques

Etre Manager de transition suppose à la fois une bonne capacité d’analyse et une capacité à benchmarker les problématiques rencontrées. Il doit a minima présenter les caractéristiques suivantes :

  • Une expérience solide: Les expériences professionnelles sont un facteur clé dans le métier du management de transition. A minima 20 – 25 années d’expérience professionnelle dans des postes à forte responsabilité.
  • Une mobilité assumée : Les missions peuvent s’effectuer partout en France. Par conséquent, la mobilité est un élément important
  • Une capacité d’adaptation prouvée : le manager de transition doit être capable de passer facilement d’une entreprise et d’une problématique à l’autre. Les entreprises se trouvant souvent  dans des situations d’urgence le manager de transition doit en outre être capable d’être opérationnel à 100% très rapidement.
  • Une leadership fort : Un manager de transition doit être capable de mobiliser les équipes dans des situations tendues. Il doit avoir une forme d’autorité naturelle et une forte capacité à désamorcer les situations conflictuelles
  • Une forte orientation « résultats » : Le manager de transition est un opérationnel et doit ainsi être capable de rapidement choisir la solution générant le plus de résultats. De plus, n’ayant pas de carrière à faire dans l’entreprise, il est naturellement dans une logique de contribution et non pas une logique de pouvoir.