innovation

Sérendipité : une porte ouverte vers l’innovation de rupture.

Temps de lecture : 2 minutes

Venue d’un conte du 16 ème ,  la sérendipité a été la source d’inspiration de Voltaire dans Zadig. La « serendipity », elle, est arrivée il y a peu dans nos entreprises. Après une première tentative passée inaperçue à la fin des années 50, elle est aujourd’hui sur toutes les bouches. Associée à l’innovation de rupture, de Royaume au départ, elle est devenue un outil clé de l’élaboration des stratégies d’entreprise.

 

En favorisant la mise en concurrence des paradigmes, elle facilite l’éclairage des points aveugles. La sérendipité permet de regarder les problèmes en changeant de lunettes.  Elle modifie le cadre de référence et crée donc les conditions de la survenue de solutions réellement novatrices. La sérendipité ne se décrète pas.  Elle n’émerge que lorsque l’habitude, le « on a toujours fait comme ça », le   « oui mais dans notre métier c’est pas pareil  » et autres bonnes raisons de préférer un rassurant statu quo ont été, si ce n’est jetés aux orties, du moins écartés pour quelque temps. Alors seulement les yeux s’ouvrent et permettent, en humant l’air purifié des idées reçues et préconçues, de trouver (parfois) la perle rare, l’idée forte et inattendue, l’innovation de rupture, l’avantage concurrentiel.

Pour sourire, en citant un chercheur dont j’ai oublié le nom : « la sérendipité,  c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin et en sortir avec la fille du fermier. »

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.